Le Blog sida Éclairages sur la séropositivité et l’épidémie de sida

Je suis malade, et alors ? (2)

25 mai 2012 par laurent |

(Suite et fin du précédent article)

Georgeline, 36 ans, à cheval entre la France et l’Afrique, traverse une situation que beaucoup de séropositif-ves connaissent. Traitée, en bonne santé, elle s’est habituée à vivre avec le VIH, mais un autre problème a surgi. Les autres, les séronégatifs autour d’elle, qui n’ont pas besoin, eux, de s’habituer au VIH, ont commencé à tendre entre elle et eux une sorte de cordon sanitaire. Plaidoyer en forme de cri(s) du cœur contre l’isolement par la stigmatisation, et pour une meilleure intégration des malades en général dans les sociétés.

***

Je suis mariée, mon mari est séronégatif et moi séropositive, et nous avons en projet d’avoir un bébé. Mais je rencontre vraiment beaucoup de problèmes avec lui et c’est pas facile ! En plus de cette maladie, il faut se battre contre des problèmes qui n’ont pas lieu d’être à mon avis. Après, ça fait trop et c’est la déprime qui suit parce que j’ai le sentiment d’être seule.

Avec mon mari, je rencontre des problèmes sexuels. Nous faisons l’amour difficilement, je vois bien sa peur. Il connaissait mon statut avant. Nous nous connaissons depuis le lycée et à un moment, nos chemins se sont séparés et c’est à ce moment que j’ai contracté ma maladie. Il disait comprendre, maîtriser la chose mais savait-il seulement de quoi il parlait, je me pose la question aujourd’hui !

Déjà, nous n’avons pas de rapport, sachant que je suis indétectable depuis 2008 ! Il ne veut pas, il me dit tout le temps qu’il est fatigué mais je sens bien qu’il a un autre problème dont il refuse de me parler. La seule excuse qu’il trouve c’est son boulot mais lorsqu’on désire quelque chose, on fait tout pour l’avoir. Je sais plus quoi faire, je pense avoir tout essayé. Là, je dois revoir mon gynéco pour un autre bilan mais je me demande dans quel but !

Il ne m’encourage que verbalement et ne s’intéresse pas de savoir si mes t4 sont élevés ou pas. En fait ce que je veux dire, c’est qu’il ne s’informe pas de savoir comment ça marche, les choses à éviter. J’apporte des livres à la maison mais il ne les lit pas. Je ne sais pas quoi penser, je suis découragée. Pourquoi m’a t il dit qu’on allait se battre à deux ? Quoi faire, quoi dire ? Je me bats en permanence. Tout ce que je sais, c’est que je me sens seule tout le temps.

J’ai pensé à allé voir un psy, sauf que c’est compliqué. Je suis quarteronne, ma mère est métisse et mon père est blanc. Je suis née en Afrique et ma culture est enrichie parce que j’ai une culture africaine et européenne et j’en suis fière. Par contre, mon mari, qui est Africain, vit en Afrique et il a la crainte qu’on apprenne que sa femme a cette maladie.

Depuis l’annonce de mon statut je veux un enfant, mais vu ma sérologie, il fallait attendre que ma charge virale soit indétectable. Dès que ce fut le cas, j’ai commencé à faire tous les examens pour mener à bien notre projet. Vu que nous n’avons pas de rapports même protégés, à la longue c’est devenu frustrant et énervant donc nous avons recours au final à l’aide à la procréation.

Mon mari disait qu’il était d’accord, mais sans me le dire il avait des doutes. Il a aussi des examens à  faire, dont le spermogramme, et depuis trois ans, il n’y est pas arrivé. J’en peux plus : je m’accroche à ce projet comme à une bouée de sauvetage et mon mari n’est pas plus motivé que ça !!! J’avoue que j’en ai marre, je fais trop de concessions et je prends trop sur moi. Je ne me sens pas aidée, je ne ressens pas chez lui cette envie d’être papa et pourtant il dit qu’il veut l’être. Il vient d’avoir 40 ans, je vois les mois défiler sans pouvoir tomber enceinte. Il dit des choses mais intérieurement c’est autre chose. Ce que je veux dire, c’est qu’il n’est même pas franc avec lui-même. Je lui ai déjà proposé d’arrêter s’il trouvait ça trop compliqué : il refuse le divorce. Comment continuer dans ses conditions ? Comment ?

Parfois je baisse les bras, j’ai envie de me tirer parce que je sais plus comment faire, très sincèrement ! Pendant notre séparation j’ai vécu une histoire avec quelqu’un d’autre. Lui non plus n’a pas contracté la maladie et il n’est pas parti. Il est resté pour me soutenir. C’est avec lui que je parle, c’est lui qui m’écoute et se renseigne, il est prêt à tout pour moi. Il m’attend parce qu’il pense que je suis la femme de sa vie. Je ne suis pas sortie de l’auberge.

Mon mari est quelqu’un de formidable mais continuer dans cette situation, je ne pense pas que ce soit possible. Ça se passe mal pour moi mais il fait comme s’il n’y avait rien, comme si c’était normal. J’en arrive à ne plus savoir comment faire, j’avoue par moment être perdue. C’est pas évident. J’en souffre beaucoup et mon mari l’entend très mal, bref je ne suis pas bien ! J’ai le sentiment très fort que j’irai au divorce. Ce désir d’enfant, je l’avais depuis un moment déjà. Tout est possible, il suffit de vouloir. C’est dur mais il faut se battre. Que Dieu dans toute sa majesté vous accompagne dans le cheminement de la vie !

Georgeline

Crédit photo : © Tous droits réservés

APPEL A TEMOIGNAGES

L’objectif du Blog Sida est de fournir des éclairages sur l’épidémie de sida. Séropositif-ve-s, parlez de votre vie avec le VIH : l’annonce, les traitements, la prise en charge, la sexualité… Séronégatif-ve-s, racontez votre rapport à la prévention, au préservatif, votre expérience d’un test de dépistage. Proposez vos textes à temoigner@sida-info-service.org

Tout texte hors sujet, agressif, grossier, incitant à la haine raciale et à la discrimination, la diffamation, portant atteinte à l’honneur d’une personne, toute allusion sexiste, homophobe ou raciste, tout comme les messages publicitaires, sera écarté sans appel.

  1. 6 réponses à l'article “Je suis malade, et alors ? (2)”

  2. Par Tatiana le 7 juin 2012

    Quoiqu’on dise, moi je pense que votre mari vous aime. C’est vrai que vous avez besoin de beaucoup de soutien, mais mettez vous à sa place, C’EST PAS FACILE pour lui aussi, et les hommes de nature prennent la fuite quand ça ne va pas. Encouragez le aussi et proposez lui un jour de parler de votre maladie avec lui. Il faut avoir beaucoup de tact et le ménager (il en a besoin tout comme vous). Votre ami qui vous soutient et avec qui vous parlez ne vit pas sous le même toit que vous, donc il ne réalise surement pas ce que c’est. L’appréciation qu’on a étant à l’extérieur de la situation et celle qu’on a une fois à l’intérieur est généralement très différente…

    Vraiment beaucoup de courage à vous et restez forte. Bientôt, c’est sûr, les grands labos trouveront un médicament et mon souhait est que vous soyez là pour le prendre afin de guérir de la maladie.

    Affectueusement.

  3. Par mira le 11 juillet 2012

    soit courageuse ma belle moi , j’ai décide de ne plus m’amouraché de seroneg trop de peines,
    j’ai eu une belle princesse avec un seropo
    elle est saine

  4. Par KINA17 le 13 décembre 2012

    SOPHIE JE SUIS SERONEGATIF ET JE VIE DEPUIT BIENTOT CINQUANT AVEC UN SEROPOSITIF IL ME LA ANNONCER QUEQUE SEMAINES APRES NOTRE RENCONTRE ET ON AVAIS PAS ONCORE COUCHER ENSEMBLE SA FRANCHISE M A TELLEMENT TOUCHER QUE JE L AI PRIS DANS MES BRAS EN LUI DISANT Q UON ALLAIS PAS ARRETER DE CE VOIR ET QU.IL ARRAIT FALLU M ANNONCER SA MALADIE AVANT QUE JE DECOUVRE QUEL PERSONNE FORMIDABLE IL EST . JE ME SUIS ENDORMI DANS SES BRAS SON VRAIMENT TROUVE LE SOMMEIL.ET C EST LE LENDEMAIN QUE J.AI COMMANCER A REALISER ET ME DEMANDER SUR QUOI J.ETAIS ENTRAIN DE M.ENGAGER LA VERITE C.EST QUE JE NE SAVAIS PAS GRAND CHOSE SUR CETTE MALADIE JE LUI EST DONC DEMANDER DE M.ENMMENER VOIR SONT MEDECIN ENFIN D.EN SAVOIR PLUS SUR DES RISQUES A NE PAS PRENDRE MALGRE LE SOUTIEN ET CONSEIL DU MEDECIN JAMAIN SONT CAPOTE J.AVAIS TOUT DE MEME PEUR EN A COMMENCER A FAIRE L.AMOUR QUE PLUS D.UNE ANNEE APRES ET MEME MAINTENANT S.ARRIVE TRES RAREMENT QU.IL EST ENVIE DE FAIRE L.AMOURE ENFIN LE PLUS IMPORTANT C.EST QUE CA NOUS EMPECHE PAS D.ETRE COMPLICE QUAND J.AI DES QUESTION J.APPELLE SON MEDECIN QUI EST TOUJOUR DE BON CONSEIL

  5. Par Une amie le 17 mai 2013

    Chère Georgeline,

    Ton message est très émouvant et fort, mais les commentaires des trois personnes ayant réagis, le sont aussi.

    Il s’agit d’une situation que vive toutes les personnes dans cette situation, mais surtout les femmes.
    En effet, nous sommes plus sensible à cette situation et avons ce grand besoin de se sentir aimé, soutenue et considérée, face à notre statut.
    Tu pourrais faire un pas pour reconquerir ton mari, par exemple, en lui proposant le preservative, s’il a aussi peur car à mon sens, un couple marié qui n’a pas de rapports sexuels, cela revient à dire que chacun trouve un moyen d’assouvir ce besoin, hors du ménage, avec tous les risques que cela comportment.
    Je vis une relation depuis près de 7 ans avec le meme home. Il est au courant de mon état, mais notre passion est toujours au meme point.
    Seulement, jamais il n’aborde le sujet de ma santé, et n’aborde plus le sujet d’avoir un enfant, pourtant, il voit toutes les demarches que j’entreprend pour cela.

    Je pense que, comme l’a dit Tatiana, il faut aborder le sujet avec lui.

    Aussi, STP, cesse cette relation extra, car non seulement tu peux t’exposer à une surcontamination, mais aussi contaminer ton « ami ». Dans notre état, nous ne pouvons pas nous permettre de metre en danger d’autres personnes.

    Aujourdhui, il est possible de tomber enceinte, sans exposer son partenaire (en utilisant le preservative ou via la PTME).

    Ne perds pas espoir et il est vrai que l’attitude de ton mari peut être justifiée de plusieurs manière:
    – soit il t’aime vraiment et sa fidélité le pousse à vivre un peu comme un martyr qui est oblige de rester avec toi, par fidélité à son engagement à ton égard;

    – soit il a peur du regard des autres, de leur jugement, si jamais il accepte le divorce, car on pourra lui reprocher de t’avoir abandoner alors que tu avais besoin de son soutien et de son amour.

    Dans tous les cas, tu ne dois pas céder à tout cela et tout tenter pour reviver son amour. Il peut être ce confident don’t tu as besoin, cet ami et cet amant!
    Penses y stp.

    Courage et respecte ton traitement.
    Moi meme, je me bat pour avoir un enfant car je me dis que ce sera un element de motivation encore pour lutter et une source d’amour à donner encore.

    Protiège tes proches en évitant de les exposer, mais prends la peine de parler souvent avec eux.
    Courage, le dernier mot revient à Dieu (si tu es croyante).

  6. Par suzanne 21 le 8 novembre 2013

    je suis une jeune africaine ,jai appris ma seropositivite en 2009.mais aujourd’hui je revis jai rencontre un charmant garcon seronegatif qui maccepte avec la maladie on a rencontre mes médecins pour avoir un bebe c’est pas du tout evident de vivre dans ses conditions mais il m’accepte tel que je suis .je sais que c’est une grace .on essaye de mettre notre bebe en route.si j’ai un bebe il m’apportera la joie de vivre et la force de me battre.

  7. Par lune le 21 décembre 2014

    Je suis seropositif depuis 3 ans, mon mari est seronegatif nous avons un desir d’enfant. Mais j’ai peur de ne pas trouver un medecin privé qui pourrait traiter mon cas je ne veux pas etre suivi par le CHU ca me rends malade d’aller labas meme pour mes RDV ….!!
    J’habite au Maroc est ce vous avez une idée des medecins traitant ici
    Quant a toi ma belle la seule solution et de parler surtout aborder le sujet avc ton mari et le plus important c ‘est choisir le bon moment j’ai vécu tous avec mon mari mais on dit vhez hamdolilah pour le moment. Ton mari t’aime mais c’est de l’accepter tous finira par s’ arronger

Ecrire un commentaire