Le Blog sida Éclairages sur la séropositivité et l’épidémie de sida

79 millions de francophones en Afrique. Et moi, et moi, et moi…

16 avril 2010 par Alain |

francophoniejpg

Deux ou trois impressions sur la cérémonie de clôture de la 5ème Conférence francophone sur le VIH/sida à Casablanca (28 au 31 mars 2010)

Aujourd’hui : La francophonie

« Vive la francophonie » a été le leitmotiv des organisateurs de la 5ème Conférence francophone sur le VIH/sida.

Dès le premier jour, les professeurs Christine Katlama et Jean-François Delfraissy, le président d’Unitaid Philippe Douste-Blazy, la présidente de la Conférence Hakima Himmich, tous ont fait la généreuse apologie du français, langue commune, permettant aux congressistes d’échanger avec les mêmes mots, concepts, idées, expériences, savoir.

Dans certains ateliers ou en séance plénière, lorsque quelques intervenants venus du nord de la Méditerranée ont truffé leur intervention d’english words et de graphiques made in Global Language, je me suis pourtant surpris à sourire. L’usage du français a ses limites financières : traduire un slide doit coûter cher !

Après tout, peu importe car une langue qui change et une langue qui vit. Dans cette réflexion sur la langue, je reste surtout marqué par les propos du responsable français d’une grande institution de lutte contre le sida : « Le français, l’une des premières langues d’Afrique… ». Si ce fait paraît une évidence (l’Afrique compterait 79 millions de francophones), je me suis demandé comment cette déclaration avait été perçue par ces Africains – longtemps soumis au poids de la colonisation française dont l’un des aspects les plus funestes fut de détruire langues, cultures, religions… L’éclat de rire caustique d’un Africain assis non loin de moi aurait pu m’apporter une réponse.

Mais lorsqu’en sortant du point presse où s’était produit cet épisode, j’ai demandé à un autre Africain ce qu’il pensait des propos tenus sur l’importance de la langue française en Afrique, il s’est contenté de sourire. Ne pouvant interpréter ce sourire comme une réponse, je reste aujourd’hui incertain sur l’opinion dominante des Africains (et plus généralement des ex-peuples colonisés) sur la francophonie.

La prochaine conférence francophone sur le VIH/sida en 2012, dit-on sise à Genève, m’apportera peut-être la réponse…

Lire le dossier « Casablanca 2010 » sur le site de Sida Info Service

Ecrire un commentaire