Le Blog sida Éclairages sur la séropositivité et l’épidémie de sida

Un discours ? Quel discours !

14 avril 2010 par Alain |

ambassadeur sida

Deux ou trois impressions sur la cérémonie de clôture de la 5ème Conférence francophone sur le VIH/sida à Casablanca (28 au 31 mars 2010)

Aujourd’hui : Intervention de l’ambassadeur pour la France chargé de la lutte contre le VIH/sida

Un homme a parcouru des centaines de kilomètres pour venir s’exprimer à la tribune d’une grande conférence internationale sur le VIH/sida.

Peut-être cet homme est-il venu tenir des propos convenus du genre : « J’exprime ma solidarité avec toutes les personnes séropositives du monde entier ! ». Ou peut-être est-il venu annoncer des mesures essentielles qui garantiront le droit à ces mêmes personnes séropositives d’accéder partout à des soins dignes et à des traitements.

Mais personne ou presque au sein de l’assemblée présente n’écoutera l’homme dont je vous parle et pourra répéter au terme de son discours ce qu’il aura exprimé.

Dès les premières secondes où il s’est avancé vers la tribune pour parler, sans doute même avant, cet homme, le professeur Patrice Debré, ambassadeur pour la France chargé de la lutte contre le VIH/sida et les maladies transmissibles, savait qu’il parlerait dans le vide.

Car pendant son intervention, à l’appel d’Act Up-Paris, une grande partie de l’assistance s’est levée et lui a tourné le dos. Quelques heures auparavant, l’association française de lutte contre le sida lui avait enjoint de démissionner à cause de son absence d’implication dans la lutte contre le sida.

Brouhaha, agitation, claquement de pupitres, tumulte ; en un instant le spectacle n’est plus à la tribune mais dans la salle.

Assister à ce type d’événement est une expérience mémorable. En quelques secondes, toute l’autorité d’un homme est jetée à terre. En quelques secondes, le message qu’il entend délivrer devient inaudible. Le cataclysme orchestré par quelques-uns submerge tout. Depuis 20 ans, Act Up-Paris use régulièrement de l’art de la déstabilisation pour détruire symboliquement une cible vouée aux gémonies.

A la fin de l’intervention de Patrice Debré, chacun s’est rassis tranquillement. A la tribune, l’orateur avait disparu sans que quiconque s’en fût aperçu. Un autre a été annoncé. Lui a été écouté.

Lire le dossier « Casablanca 2010 » sur le site de Sida Info Service

Ecrire un commentaire