Le Blog sida Éclairages sur la séropositivité et l’épidémie de sida

Comment faire tomber les masques ?

12 octobre 2009 par Alain |

mgb_bs.jpg

Samedi 3 octobre 2009, l’interassociatif « Femmes et VIH » a organisé une rencontre à l’Espace Oscar Niemeyer, à Paris, sur la question : Comment faire tomber les masques ?

Marie-Georges Buffet (photo) a participé à cet événement en tant que Responsable du groupe de travail sida de l’Assemblée nationale (lire l’interview sur Sida Info Service).

Durant cette journée, des femmes porteuses du VIH ont exprimé leur avis sur le regard des autres et ces masques que l’on revêt si facilement.

Témoignages

Marie, 54 ans
:
« Il est temps pour nous d’aborder ce qui complique nos vies. »

Anne, 46 ans :
« Les masques se mettent quand je dis que je vis avec le VIH. Et on ne me prend pas au sérieux lorsque je fais des projets de vie à long terme. »

Sophie, 44 ans :
« J’ai le sida depuis 18 ans, et personne ne le sait dans mon entourage. Je ne l’ai dit ni à mes enfants, ni à ma famille, ni à mes amis… mais je vais essayer d’avancer et d’en parler. »

Maria, 35 ans :
« J’impose moi-même un règlement avec mes proches. Je ne veux pas être traitée différemment. Je porte un virus mais je ne suis pas malade. Je mourrai bien un jour, mais ce n’est pas le VIH qui me tuera. »

Anne-Marie, 57 ans :
« Lorsque j’habitais à l’étranger. Ma maison a été mise à sac et brûlée. J’étais la femme blanche venue contaminer leur pays ».

Laëtitia, 27 ans :
« Je veux positiver l’image du VIH. Je dis même que mon virus, je l’aime ! Parce qu’au fond, c’est à nous de dédramatiser et d’en parler plus facilement. Il est temps de faire tomber les masques et changer notre manière de le dire. « Je vis avec le VIH » est un message beaucoup plus positif « que j’ai le sida ». »

Janine, 50 ans :
« Il faut informer les jeunes sur le VIH ! La trithérapie, ce n’est pas une aspirine à vie. C’est beaucoup de contraintes et de souffrances physiques ! »

Nicole, 33 ans :
Il ne faut pas se focaliser sur le VIH. Certains ont d’autres problèmes d’un autre ordre mais aussi graves, voire même davantage. Je ne suis pas la seule à avoir des soucis. »

Aline, 42 ans :
« C’est à nous de faire l’éducation sensuelle de notre partenaire. On peut avoir des plaisirs sexuels sans forcément passer par la pénétration ! »

Nathalie, 31 ans :
« Il est nécessaire que les médecins du travail se rappellent qu’ils sont au service du salarié et non de l’entreprise. Ils devraient d’ailleurs bénéficier d’une année supplémentaire de spécialisation au monde du travail avec entre autre chose, l’apprentissage de la confidentialité. »

Marguerite, 65 ans :
« Trop de médecins diagnostiquent une dépression pour éviter toute discussion avec nous ! »

Propos recueillis par Sandra Prieto

Lire le dossier sur Sida Info Service

  1. Une réponse à l'article “Comment faire tomber les masques ?”

  2. Par Frédéric MUFUNGIZI le 31 décembre 2009

    Merci SIDA Info Service pour ces riches temoignages qui viennent de me soigner psychologiquement; ma crainte d’être porteur/malade du VIH-SIDA diminue au progressivement à votre la reponse d’avant hier et aujourd’hui, ces temoignage me recofortent d’avantage surtout celui de LAETITIA de 27 ans et celui de NICOLE de 33 ans.

    Mes Meilleurs voeux pour l’année 2010 à tout le personnel de Sida Info Service.

    Frédéric MUFUNGIZI de BUKAVU en RDCongo.

Ecrire un commentaire