Le Blog sida Éclairages sur la séropositivité et l’épidémie de sida

CROI 2009 : SIS dresse le bilan

13 février 2009 par Alain |

CROI2009.jpg

Sida Info Service publie un article du docteur Michel Ohayon* consacré au bilan de la Conférence sur les rétrovirus et les infections opportunistes, qui s’est tenue à Montréal du 8 au 11 février 2009. 

Extrait

La controverse sur l’Abacavir : pas d’exception française

Voici un an que cette question est allègrement commentée : l’Abacavir augmente-t-il le risque de faire un infarctus, et si oui, quand ? C’est lors de la CROI 2008 que des données complémentaires à deux grandes études (SMART et DAD) mettaient en cause cette molécule, très prescrite (vendue sous le nom de ZIAGEN® mais également présente dans le KIVEXA ® et le TRIZIVIR ®) entre autres pour sa bonne tolérance. Retour sur DAD qui confirme le « sur risque » associé à l’Abacavir (mais aussi au VIDEX®, au KALETRA ® et au CRIXIVAN ®).

Ces données n’ont pas jusqu’ici remis en cause l’utilisation de l’Abacavir. D’autres travaux avaient laissé entendre que l’impact cardiaque de l’Abacavir s’exprimait essentiellement en présence d’une accumulation de facteurs de risque cardio-vasculaires préexistant.

On se rappelle que les données concernant l’Abacavir montraient assez étrangement que le « sur risque » était essentiellement présent au cours des 6 premiers mois de traitement, et disparaissait ensuite. L’étude française, présentée par Dominique Costagliola, à partir des données de la base hospitalière française, donne des résultats assez concordants : un risque accru d’infarctus s’exprime sous Abacavir, mais se limite à la première année de traitement.

Les données sont différentes concernant les inhibiteurs de protéase, où la durée du traitement augmente le risque. Du coup, pas d’information utilisable sur les IP récents, du fait précisément qu’ils sont récents. Pour Dominique Costagliola, le lien de causalité entre l’Abacavir et l’infarctus n’est pas clairement établi, et ne peut suffire à écarter un médicament dont l’intérêt, notamment en première ligne, est réel.

*Michel Ohayon est coordinateur médical à Sida Info Service

Texte intégral sur le site de Sida Info Service

Crédit photo : © CROI 2009

Ecrire un commentaire