Le Blog sida Éclairages sur la séropositivité et l’épidémie de sida

Don du sang : les homos restent exclus

14 janvier 2009 par Alain |

Roselyne_Bachelot_Narquin.jpg

Roselyne Bachelot-Narquin recule. Après avoir envisagé fin 2007 la possibilité de lever l’interdiction faite aux homosexuels de donner leur sang, le ministre français de la Santé et des Sports a finalement décidé de maintenir cette exclusion.

Dans un entretien accordé mercredi 14 janvier 2009 au quotidien Libération, Roselyne Bachelot-Narquin argumente ainsi : Les données épidémiologiques sont incontestables : entre 10 et 18 % des gays sont contaminés [par le virus du sida], alors que ce pourcentage est de 0, 2 % pour les hétérosexuels. Les situations épidémiques ne sont pas les mêmes. Il y a un risque, et ce risque est trop élevé. D’où le maintien de cette contre-indication.

Act Up-Paris dénonce cette décision et exige l’ouverture du don du sang aux homosexuels. Pour l’association de lutte contre le sida, Aujourd’hui, près des 2/3 des contaminations en France ont lieu chez les hétérosexuels : loin d’être élaboré sur la base d’une évaluation réelle du risque, les nouvelles règles sur le don du sang restent basées sur une perception périmée de l’épidémie.

L’interview accordée par Roselyne Bachelot-Narquin à Libération

La réaction d’Act Up-Paris

Crédit photo : © Alain Miguet

  1. 8 réponses à l'article “Don du sang : les homos restent exclus”

  2. Par hugo le 15 janvier 2009

    c’est de la vraie homophobie. De toute façon ce pays est dans la peur de tout. c’est assez pathétique que ces gens s’octroient des salaires avec nos impôts pour être aussi incompétents.

  3. Par sedafreju le 23 janvier 2009

    il n’est pas question de donner son sang mais d’en recevoir ! je ne suis absolument pas homophobe mais il y a des malades qui doivent se faire transfuser et qui ont suffisamment de pb comme ça. ils méritent que les risques soient limités un maximum. C’est aussi pour ça que les hétéros qui ont changer de partenaires récemment ne peuvent pas donner leur sang. tout comme les hôtesses de l’air, alors quoi ? c’est de la discrimination envers elles! ils faut penser aux malades pas aux donneurs…

  4. Par étudiant infirmier le 28 janvier 2009

    oui mais on peut très bien mentir..normalement des test sont effectués après tout don du sang..la sexualité n’a rien a voir..un hétéro peut très bien dire qu’il est réglo alors que non..les tests sont la pour vérifier qu’il n’y a pas de contamination du sang..pourquoi le faire pour les hétéro et pas pour les homo.

  5. Par étudiant infirmier le 28 janvier 2009

    tout le monde peut etre séropo..bien que l’état dise que c’est toujours chez les homos qu’il y a le plus de contaminés..c’est faux!!De nombreuses études ont montrés que la tendence s »est inversée.De nos jours beaucoup plus d’hétéro sont contaminé mais ca dérange..

  6. Par hugo le 1 février 2009

    @ sedafreju le 23 janvier 2009: c’est sûr que les hétéros mariés avec des enfants qui baisent avec les homos sans capote sont vraiment rassurants…

  7. Par laurent le 8 février 2009

    l’ exclusion des gays du don du sang est tout simplement scandaleux!Madame Bachelot, à quand l’ exclusion des gays d’ en recevoir?

  8. Par kubrart le 8 février 2009

    à sedafreju : votre remarque est idiote, si je puis me permettre. dans votre argumentaire, vous placez la santé du receveur comme argument principal et c’est normal. et vous avancez qu’à ce titre c’est pour cela qu’on interdit aux hétéros qui ont eu plusieurs rapports avec des partenaires différents dans les derniers mois de donner leur sang. là encore ça me paraît normal. mais alors pourquoi ne pose-t-on pas juste cette question plutôt que d’ajouter la question de l’orientation sexuelle ? cela signifie ainsi que l’homosexualité serait automatiquement un critère défavorable ? sous prétexte de statistiques dont j’aimerais bien savoir comment elles sont établies vu que les homos ne se déclarent pas si facilement homos ? seule la question du nombre de partenaires dans les derniers mois devrait exister et non pas d’autres franchement discriminatoires.

  9. Par Fabulatio le 22 février 2009

    Une courte réponse à l’argument clé de R. Bachot :

    Cela ne viendrait-il à l’idée de personne, qu’un homosexuel ayant des pratiques à risques n’ira pas spontanément proposer son sang, pour la simple raison qu’il sait qu’il peut être contaminé ?

    S’il y avait un chiffre à mettre en avant, ne serait-ce pas le pourcentage des personnes donnant leur sang contaminé sans se douter qu’elles sont contaminées par le virus du SIDA ?

    Affirmer qu’il est (nettement) plus risqué d’utiliser le sang des homosexuels, n’est ce pas supposer que ceux-ci sont moins capables que d’autres d’évaluer les risques liés à leurs pratiques ? Ne serait-on pas en train de les prendre, un tout petit peu, pour des irresponsables ?

Ecrire un commentaire