Le Blog sida Éclairages sur la séropositivité et l’épidémie de sida

YES WE CAN !

28 novembre 2008 par Alain |

campagnesneg.jpg

Oui, nous pouvons changer nos comportements,

Oui, nous pouvons lutter contre la banalisation des prises de risques,

Oui, nous pouvons inverser la tendance en milieu gay, si ensemble solidaires, nous nous protégeons.

Un slogan simple peut servir plusieurs grandes causes… C’est à partir de cette idée que le Syndicat National des Entreprises Gaies (SNEG) lance une campagne de prévention dans le milieu gay en reprenant le slogan de campagne de Barack Obama aux Etats-Unis.

Le SNEG justifie cette campagne par les derniers chiffres épidémiologiques (qui) montrent qu’en France, les contaminations au VIH sont encore en augmentation chez les gays. Les prises de risques se banalisent dans notre communauté. Actuellement on estime que 70 % des gays se protègent systématiquement et que 30 % prennent des risques occasionnellement…

  1. Une réponse à l'article “YES WE CAN !”

  2. Par hugo le 28 novembre 2008

    Bonjour, YES WE CAN but CAN WE? EN effet, j’ai connu les années fin 80 et 90( évidemment lol) et à cette époque la capote était inévitable. Je dois dire que jusqu’en 2004-5 aussi. Je raconte cela car je baise comme un dingue depuis 20 ans un peu partout. Il s’avère que depuis 3 ans environ, la plupart en tout cas la moitié de mes multiples partenaires n’accepte plus la capote. Alors j’en ai raté des canon lol ( ben oui suis un bomek il paraît) et plus le temps passe, plus il devient difficile de baiser avec capote. Alors les raisons on les connaît: raz le bol, les jeunes n’ont pas connu les années noires MAIS SURTOUT beaucoup connaissent des séropos en pleine forme avec maximum 3-4 pilules/jour et certains seulement UNE/jour, « on ne meurt plus du SIDA dans les pays riches » disent à juste titre les médecins. A cela s’ajoute le progrès médical etc etc.TOUT ça pour DIRE..CAN WE?
    OUI à la prévention mais je crois profondémént que plus le temps passe et moins la prévention sera efficace. ALORS je dis WE HAVE TO!

Ecrire un commentaire