Le Blog sida Éclairages sur la séropositivité et l’épidémie de sida

Etre séropo en Chine

2 avril 2008 par Alain |

Un village, province du Shanxi

Durant 8 mois, Catherine Glémain a travaillé avec des séropositifs de la province du Shanxi. Découvrez son témoignage durant le mois d’avril. Aujourd’hui, présentation de la mission (1/6).

J’ai vécu en Chine pendant presque 5 ans. Infirmière, j’ai participé à un programme de lutte contre le sida d’octobre 2006 à juin 2007 avec Médecins du Monde, au coeur du pays, dans une des préfectures de la province du Shanxi, en tant que coordinatrice médicale.

Mon rôle était d’organiser la prévention dans les villages, les mines et les karaokés, la  formation counselling et le suivi des fonctionnaires chargés de cette prévention, les centres de dépistage et la distribution aux patients à faibles revenus des traitements anti-VIH fournis par le gouvernement.

Après la formation d’une équipe de prévention de trois personnes et la  mise en place de ces  actions, j’ai aussi assuré, après plusieurs mois de négociations, le suivi de 15 des 16 patients très pauvres de l’une des petites villes dépendant de  la préfecture, où nous avions développé l’activité du centre de dépistage.

Au bout de quelques mois, nous avons réussi à gagner la confiance du responsable du service sida, et à rencontrer quelques-uns des patients, tous bien démunis par rapport à leur maladie. En revanche, il nous a été interdit de former un groupe d’auto support, parce qu’en se connaissant, les malades risquaient d’avoir l’idée de porter plainte tous ensemble contre le gouvernement. Dans cette région très rurale et très pauvre, tous ont été contaminés par transfusion, directement ou indirectement (par leur conjoint transfusé, pour deux d’entre eux). 

Dans le Shanxi, la propagation de l’épidémie s’est faite  par la vente de sang et de plasma, organisée de la même manière qu’au Henan, mais à moins grande échelle. Ce commerce a contaminé une population pauvre qui trouvait dans cette vente du sang un moyen d’augmenter ses revenus très faibles.

Au cours des prochaines semaines, j’évoquerai les difficultés rencontrées par les patients pour se soigner, les discriminations, la situation des enfants séropositifs et la difficile condition des homosexuels chinois : 

04 avril : Il faut tomber le bon jour
07 avril : Ne pas faire jaser les voisins
14 avril : Lui seul est séropositif
21 avril : Yu Da rit aux éclats, méconnaissable
28 avril : Il ne veut pas que son bar soit repéré

Crédit photo : © Catherine Glémain

Ecrire un commentaire