Le Blog sida Éclairages sur la séropositivité et l’épidémie de sida

On entend souvent ce qu’on a envie d’entendre

28 janvier 2008 par Alain |

Le psychiatre et psychanalyste Serge Hefez réagit sur son blog Familles, je vous haime à l’information dont Le Blog Sida a rendu compte le 7 décembre dernier sous le titre L’indétectabilité de la charge virale supprime-t-elle le risque de transmission du VIH ?

A l’occasion de la Journée mondiale contre le sida, le médecin genevois Bernard Hirschel avait annoncé que si la charge virale du VIH dans le sang d’une personne séropositive est indétectable, celle-ci ne peut pas contaminer son partenaire au cours de rapports sexuels non protégés.

Serge Hefez exprime des réserves quant à cette annonce : Pourquoi restons-nous réticents à annoncer une bonne nouvelle ? Parce qu’il est clair que les messages de prévention ne sauraient être les mêmes pour des couples hétéro ou homosexuels où les partenaires se connaissent, où la confiance est établie et le suivi médical est régulier, et l’ensemble des situations dans lesquelles la connaissance du contexte est moins sûre. La reprise des contaminations invite en effet à la plus grande prudence : tout indique, on l’a vu à plusieurs reprises dans cette chronique, une lassitude quant à l’utilisation du préservatif.

Un message comme celui-ci, s’il est largement diffusé, risque d’accélérer encore plus ce processus. Les raccourcis sont inévitables, et l’on entend souvent ce qu’on a envie d’entendre : les médicaments existent et de nombreuses personnes sont soignées, donc les risques ont disparu. Mais on peut prendre des médicaments et avoir encore des virus en circulation, on peut rencontrer des périodes de moins bonne observance du traitement… et l’on estime encore à 40000 le nombre de personnes séropositives qui ne connaissent pas leur statut sérologique.

Lire la chronique complète de Serge Hefez

  1. Une réponse à l'article “On entend souvent ce qu’on a envie d’entendre”

  2. Par Valérie le 9 mai 2008

    Merci de vous faire le relais de cette information qui n’est que trop confidentielle. L’observance et la bonne réponse aux traitements sont maintenant les conditions du retour à une sexualité décaoutchoutée.

Ecrire un commentaire